Musée national Fernand Léger

Fernand Léger (1881-1955) est l’un des plus grands artistes français de la première moitié du XXème siècle.

Né en Normandie, il s’installe à Paris en 1900. Il y découvre la peinture moderne et décide de devenir peintre.

Aux côtés de Braque et Picasso, il fait partie des inventeurs du cubisme.

Parfois appelé « tubiste » en raison de sa manière de décomposer la réalité en cylindres métalliques, Léger a aussi toujours porté une attention particulière à l’utilisation de la couleur.

Après trois ans au front pendant la Première Guerre mondiale, Léger aborde sa période mécanique : au début des années 1920, ses peintures sont presque abstraites, faites d’enchevêtrements de pièces mécaniques. La beauté du métal le fascine bien qu’elle lui paraisse « incopiable ».

En 1924, Léger réalise un film intitulé « Le Ballet mécanique », film sans scénario qui met en scène des objets quotidiens et des personnages qu’il chorégraphie dans un montage très rapide. Dans l’entre-deux- guerres, Léger multiplie les collaborations avec le monde du cinéma et du théâtre.

Léger enseigne à partir de 1924.

Sa première exposition rétrospective a lieu à Zürich en 1933. Pendant cette période, Léger revient aussi à la figuration.

Réfugié aux Etats-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, rentre en France en 1946 et adhère au parti communiste. Des Etats-Unis, il ramène les très grandes toiles de la série des Plongeurs et entreprend des projets décoratifs monumentaux dans le domaine du vitrail, de la mosaïque, de la sculpture et de la céramique qu’il découvre dans le village de potiers de Biot en 1949.

Fernand Léger décède en 1955.

Sa veuve Nadia et son assistant Georges Bauquier créent à Biot un musée consacré à son œuvre. Devenu musée national en 1969, c’est le seul musée au monde dédié à cet artiste.

1955, Fernand Léger à Biot

Quelques mois avant sa mort, en 1955, Fernand Léger acquiert le mas St André, situé au pied du village de Biot.

Sur ce terrain horticole, Nadia Léger, sa veuve, et Georges Bauquier, son proche collaborateur, décident de créer un musée pour lui rendre hommage et favoriser la connaissance de son œuvre. Le projet de bâtiment est conçu par l’architecte André Svetchine, le parc confié au paysagiste Henri Fisch.

L’édifice intègre en façade une immense mosaïque, initialement prévue par Léger pour la décoration du stade de Hanovre, mais jamais réalisée.

1960, la création du musée

Le soir du 13 mai 1960, une manifestation exceptionnelle inaugure le musée Fernand Léger à Biot. Plus de cinq mille invités se pressent à l’ouverture du premier musée monographique de la région. Sous le patronage de Picasso, Braque et Chagall, l’inauguration réunit des célébrités du monde littéraire et artistique, des vedettes de cinéma et des représentants politiques.

Le musée Fernand Léger marque de son sceau le paysage culturel de l’époque.

Non loin de Biot, d’autres projets consacrés aux grandes figures de l’art moderne se concrétisent peu de temps après : à Saint-Paul, la Fondation Maeght en 1964 et à Nice le musée Marc Chagall en 1969.

2010, les 50 ans du musée

Réunissant un fonds unique de tableaux, céramiques et dessins, la collection permet de découvrir cet artiste majeur de l'avant-garde, de ses recherches cubistes aux grandes compositions colorées des années cinquante.

Contrastes de formes et dynamisme de la couleur évoquent le rythme de la machine, la poésie des objets et la beauté de la grande ville moderne.

Après plus d’un demi-siècle d’existence, le musée national Fernand Léger entend être pour tous ses visiteurs un lieu de référence vivant et chaleureux, proposant une programmation dynamique,toujours ouverte sur la création.

PDF iconcp_ah_que_le_guerre_est_cubiste_mnfl.pdf

PDF iconcp_ah_que_le_guerre_est_cubiste_mnfl.pdf